Z.A.D / ZONE A DAHU

L'inconscient n'est pas scientifique, il est artistique.
Alejandro Jodorowsky / La danse de la réalité

La forme choisie est celle des jeux de mots et associations d’idées. Elle s’articule autour de la figure du Dahu, être mythique, dont on ignore s’il est humain ou animal, que nul ne prouve avoir rencontré, mais dont l’existence mystérieuse, un rien rebelle, inspire bien des récits, la question étant : 

 

Mais qui est ce Dahu que l'on s'acharne à chasser...

Un étranger? un fou? un mystique? un lanceur d’alerte? un activiste?  ou bien encore un artiste?

Le Dahu, être supposé vivre dans nos campagnes ou nos  montagnes, qui serait  pourchassé par des êtres crédules lors de battues farfelues.

Mais pourquoi faire la chasse à un Dahu que l’on ne connaît pas ?

Y a-t-il toujours des personnes prêtes à partir en chasse ?

 

Manifeste du Dahisme

Le Dahisme n’est pas un parti politique, ce n’est pas une secte, une religion, une maladie ou un syndicat.

Le Dahisme ne s’achète pas, il est partout sur tous les continents.

Le Dahisme est un état d’être, il aime la pâquerette, les couchers de soleil parfois  les pâtes au beurre.

Le Dahisme est intemporel, ses idées sont indémodables, il a « le bon sens près de chez vous » des zones sauvages, des forêts profondes, des bocages, des dunes, des déserts, des garrigues et surtout du maquis !

Le Dahisme est Dada, il est le B.A BA de l’enfance de l’Art.

Le Dahisme est-il humain ?

Bien que l’on puisse soupçonner certains humains d’avoir été des Dahus, nul ne peut affirmer qu’ils le soient dans tous les cas !

De par leurs activités, certains Dahus ne parviennent pas à un âge avancé, mourant alors de morts violentes, par balles, pendaison, empoisonnement, ils sont même parfois suicidés aux barbituriques, à la ciguë ou renversés par un camion… voir, cas observé, d’un Dahu exceptionnel mort sur une croix !

 Copyright ©Claire Richez 2019 - Tous droits réservés

  • Facebook
  • Twitter

T